Anti-islamisme

Le coran et l’islam ne sont pas issus de rien, ils s’imprègnent et se positionnent par rapport aux croyances des peuples qu’ils ont combattus et soumis, en particulier les croyances sumériennes, zoroastriennes, juives et chrétiennes. Ils prétendent préexister à tout et devoir s’imposer à tout, au besoin par le jihad, mais n’est-il pas contraire à la raison de propager la foi par la force ? Aujourd’hui, l’application de la loi islamique, la charia, est prêchée dans toutes les mosquées du monde. Or, dans toutes les grandes villes, des mosquées s’élèvent, seront-elles le centre de zones de droit islamique ? Abriteront-elles une salle de prière, une école coranique ET un tribunal islamique qui appliquera la charia, comme c’est déjà le cas dans près de 100 mosquées britanniques pour certains problèmes familiaux ? La charia est-elle compatible avec la démocratie et les droits de l’homme ? Verrons-nous proliférer les milices arborant des tenues « police islamique » pour assurer la « protection » des lieux de culte ? ou intimider des passants ou des commerçants, comme on l’a déjà vu dans des « charia zone »? Faudra-t-il, d’accommodements raisonnables en accommodements déraisonnables,  en venir à une partition territoriale pour officialiser l’apartheid social, ethnique, religieux comme l’évoquent certains au plus haut de l’état, président (1) , premier ministre (2) et président de l’assemblée (3)? Ce qui d’ailleurs est clairement l’objectif déclaré en 1999 dans « homme et migration » par Amar Lasfar, recteur de la mosquée de Lille, président de l’UOIF (Frères Musulmans)  : « Dans l’islam la notion de citoyenneté n’existe pas, mais celle de communauté est très importante, car reconnaître une communauté, c’est reconnaître les lois qui la régissent. Nous travaillons à ce que la notion de communauté soit reconnue par la République. Alors, nous pourrons constituer une communauté islamique, appuyée sur les lois que nous avons en commun avec la République, et ensuite appliquer nos propres lois à notre communauté » [4]

L’islamophobie est une peur irraisonnée, ce ne peut être condamnable, d’autant qu’on peut, avec raison, avoir peur de l’islam (demandez donc aux chrétiens du moyen-orient, d’Egypte, de Syrie, du Nigéria ou du Congo ce qu’ils en pensent).

En fait, le terme d’islamophobie n’est pas approprié, il faut parler d’anti-islamisme, comme on parle d’anti-fascisme ou d’anti-communisme.

L’article 19 de la déclaration universelle des droits de l’homme proclame que : « Tout individu a droit à la liberté d’opinion et d’expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d’expression que ce soit. »

D’ailleurs dans son rapport annuel de 2005 « le Haut Conseil à l’Intégration rappelle unanimement qu’en République, la critique de la religion comme toutes les convictions, est libre, qu’elle est constitutionnellement garantie et fait partie de la liberté d’opinion et d’expression. Elle ne saurait être assimilée au racisme et à la xénophobie que les membres du Haut Conseil à l’intégration réprouvent et combattent activement.  La pratique de la religion étant libre, la judéophobie, c’est à dire la peur ou la détestation de la religion juive, ne relève pas du racisme. »

Il est paradoxal de voir les pays les plus intolérants du monde, qui persécutent leurs minorités, venir demander des comptes aux autres pays, et la sanctuarisation de LA religion, la  leur. C’est une menace grave pour la iberté de pensée et d’expression. Une  idéologie ne peut s’exempter de l’analyse critique de ceux qui ne la suivent  pas, et qui en effectuant cette analyse ne sont en rien racistes, envers quelle race le seraient-ils ? Ils combattent des idées, pas des hommes, ils n’établissent aucune relation d’infériorité ou de pureté entre des groupes humains, ils ne  menacent personne de quelque châtiment que ce soit, contrairement, soit dit en passant, au coran.  Les hommes eux doivent êtres protégés dans  leur liberté et leur faculté de suivre l’idéologie de leur choix, tant qu’ils  respectent le droit des autres d’en suivre une autre.

Messieurs les donneurs de leçon de morale, regardez les églises qu’on brûle en Turquie, en Egypte, au Nigéria !… Les chrétiens qu’on assassine au Pakistan, au Soudan, en Egypte, en Syrie !… Les juifs qu’on assassine à Munich, à Paris, à Toulouse ! Regardez ces mains et ces pieds qu’on coupe en Arabie, en Somalie ! Regardez ces nez et ces oreilles qu’on coupe en Egypte, en Afghanistan ! Regardez ces femmes qu’on lapide en Arabie, au Yemen, au Soudan, regardez ces gens qu’on égorge ou qu’on décapite en Syrie, en Lybie, à St Quentin Fallavier, à Magnanville, à St Etienne du Rouvray, à Marseille !

Nulle contrainte en religion ? Ces corps mutilés témoignent contre vous.

Mais ne raisonnez-vous donc pas ?

Réalisons plutôt le rève des sages : Hommes de bonne volonté et de toutes philosophies, donnons-nous la main et aimons-nous le uns les autres.

suite : les origines

[1] un président ne devrait pas dire ça : « comment peut-on éviter la partition ? »

[2] vœux à la presse 2015 : « il existe en France un apartheid territorial, social, ethnique »

[3] évocation d’un « candidat de Versailles, Neuilly et la race blanche » lors des élections régionales 2015

[4] Un rapport de l’institut Montaigne de septembre 2016 évalue à 28% le nombre des musulmans de France pour qui « L’islam est un moyen de s’affirmer en marge de la société française ».

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s