Falsification

Falsification des textes juifs et chrétiens :

Le coran affirme que tous les hommes sont nés musulmans : Dirige tout ton être vers la religion exclusivement [pour Allah], telle est la nature qu’Allah a originellement donnée aux hommes – pas de changement à la création d’Allah -. Voilà la religion de droiture; mais la plupart des gens ne savent pas. (30 :30). L’historien Ibn Khaldoum dit même : tout homme naît musulman, c’est la famille qui le fait juif, chrétien ou zoroastrien. Dans cet esprit, le coran, falsifiant tous les textes, nous présente les prophètes proclamant leur foi en Allah, et leur statut de musulman. En fait, ils croient tout simplement en dieu et lui sont soumis. Ainsi, Moise dit : « Chercherai-je pour vous une autre divinité qu’Allah, alors que c’est Lui qui vous a préférés à toutes les créatures [de leur époque] ?  » (7 :140)

Salomon et David ne sont pas en reste : Nous avons effectivement donné à David et à Salomon une science; et ils dirent : « Louange à Allah qui nous a favorisés à beaucoup de Ses serviteurs croyants ». (27 : 15)

Abraham évidement était musulman : Abraham était un guide (Umma) parfait . Il était soumis à Allah, voué exclusivement à Lui et il n’était point du nombre des associateurs. Il était reconnaissant pour Ses bienfaits et Allah l’avait élu et guidé vers un droit chemin. (16 :120) et Luttez comme il se doit pour la Cause de Dieu ! C’est Lui qui vous a élus, sans vous imposer aucune gêne dans votre religion, qui est la religion de votre père Abraham, lequel vous a lui-même déjà nommés «les musulmans», nom que vous portez encore dans ce Coran (22.78)

Les apôtres aussi y vont de leur refrain : Puis, quand Jésus ressentit de l’incrédulité de leur part, il dit : “Qui sont mes alliés dans la voie d’Allah ? ” Les apôtres dirent : “Nous sommes les alliés d’Allah. Nous croyons en Allah. Et sois témoin que nous Lui sommes soumis. (3 :52) Et quand J’ai révélé aux Apôtres ceci : “Croyez en Moi et Mon messager (Jésus)”. Ils dirent : “Nous croyons; et atteste que nous sommes entièrement soumis”. (5 :111)

Et même Jésus : Et quand Jésus apporta les preuves, il dit : “Je suis venu à vous avec la sagesse et pour vous expliquer certains de vos sujets de désaccord. Craignez Allah donc et obéissez-moi. Allah est en vérité mon Seigneur et votre Seigneur. Adorez-Le donc. Voilà un droit chemin (43 :63). Et le comble de la falsification : Ô Jésus, fils de Marie, est-ce toi qui as dit aux gens : « Prenez-moi, ainsi que ma mère, pour deux divinités en dehors d’Allah? » (5 :116). Pourquoi Allah pose-t-il la question, ne sait-t-il pas que c’est faux, que ce n’est pas dans les évangiles ? D’autant qu’il pose l’évangile comme référence fiable de sa parole.

Tout ce qui concerne la vie, la personne et les actes de Jésus tel qu’il est présenté dans l’évangile, qui était connu et largement diffusé 400 ans avant Mohamed, est démenti, perverti, travesti, ou tout simplement ignoré par le coran, qui se prétend pourtant revendiquer l’évangile. Divinité de Jésus, crucifixion, pardon des péchés, résurrection, amour du prochain et même des non croyants, abrogation de la loi du talion, abrogation de la lapidation, … sont niés. Le comble de l’hypocrisie étant atteint lorsque l’on dit que Jésus était musulman et que dans l’évangile de Jean (14 :16-20) il annonçait non pas l’esprit saint mais Mahomet ! (Lire notre page Mohamed et le saint-esprit/)

« Certes, Nous avons envoyé avant toi des Messagers. Il en est dont Nous t’avons raconté l’histoire; et il en est dont Nous ne t’avons pas raconté l’histoire … » (40:78) Les savants d’aujourd’hui en ont retrouvé les révélations et, selon le même procédé fallacieux, trouvent l’annonce de Mohamed dans le digha nikaya, le livre religieux des bouddhistes, dans le dasatir, livre religieux zoroastrien et dans les védas, écritures religieuses hindoues. Ils démontrent aussi que Brahma serait Abraham, Sarah Sarawati, Noé Manu, Ismaël et Isaac Atharva et Angira, et le Atharva Véda serait le livre d’Abraham ! (car un prophète doit avoir un livre de révélation)

Contrairement à ce que disent aujourd’hui les savants de l’islam, Allah n’a pas révélé le coran parce que les textes des autres prophètes, qui étaient largement diffusés du temps de Mohamed,  étaient corrompues, puisqu’il les  pose comme références (3 :3 5 :47 5 :68 7 :157  10 :94 18 :27) mais simplement pour que les arabes aient, dans leur langue, un avertissement  qui confirme les écritures précédentes (46 :12). C’est dieu qui a créé les langues (symboliquement dans l’épisode de la tour de Babel), et quand Jésus a envoyé ses disciples pour instruire toutes les nations de la bonne nouvelle, il a voulu qu’ils le fassent dans les langues de ces nations, grâce à l’esprit saint.

L’évangile falsifié ou le coran corrompu ?

Les savants de l’islam disent que l’évangile a été falsifié, en particulier sur la trinité, mais nulle part le coran ne prévient de falsification de l’évangile, au contraire, il en parle comme de références de la parole de dieu (21:7, 7:157, 2:91, 5:43, 5:66,  5 :68, 29:46) Que les gens de l’évangile jugent d’après ce qu’Allah y a fait descendre (5:47). Il dit aussi (18 :27) qu’Allah veille particulièrement à  ce que sa parole ne soit pas corrompue. Or Jésus est la parole de Dieu (3 :45, 4 :171, 19 :34) et Allah qui promet de protéger jusqu’à la résurrection ceux qui croient en Jésus (3 :55) n’aurait pas préservé son évangile ? sa propre parole ?

Paradoxalement Allah reproche aux chrétiens de soutenir des idées qui se trouvent dans l’évangile. Or l’évangile était déjà largement diffusé à l’époque de ces révélations d’Allah à Mohamed. Si ces textes avaient été falsifiés, Mohamed aurait demandé de ne pas s’y fier et de ne faire confiance qu’au coran, et le coran éternel aurait prévenu de ces risques de falsification ultérieure. Au contraire, Allah demande même à Mohamed d’aller voir ces révélations faites aux juifs et aux chrétiens pour lever les doutes qu’il pourrait avoir (10:94) et vérifier que ses révélations concordent avec les leurs.  Les polémiques antichrétiennes du coran sont donc des ajouts tardifs, il s’agit alors de prouver que ces récits sont faux, que Jésus ne serait pas dieu et qu’il ne serait pas mort sur la croix, et donc pas ressuscité, et enfin que l’injil de Jésus, l’évangile, aurait été falsifié sur la mort et la divinité de Jésus et également sur la trinité. Mais le coran ne dit rien de cette prétendue falsification, le coran ne prétend pas venir rectifier les erreurs des juifs et des chrétiens, il se présente simplement comme une révélation faite aux arabes, en arabe, venant confirmer les précédentes révélations faites aux autres peuples, dans leurs langues (3:3).

De deux choses l’une est vrai : soit l’évangile des chrétiens rapporte fidèlement l’histoire et les paroles authentiques de Jésus, préservées de la corruption, et le coran, qui contredit l’évangile, est faux ou corrompu;

Soit l’évangile est corrompu, et le coran est faux ou corrompu car il confirme l’autorité de l’évangile. (voir http://youtu.be/0xDZjAAW0To)

Dans les deux cas le coran est donc faux ou corrompu et puisque d’une part Allah n’a pas tenu sa promesse de préserver sa parole de la corruption (15 :9, 18 :27), et que d’autre part Mohamed connaissait les nazaréens (mais pas directement l’évangile des chrétiens, car on nous dit qu’il ne savait pas lire),  on peut se poser la question suivante : pourquoi dans sa révélation Allah n’a pas prévenu de l’éventuelle falsification de l’évangile, qui 500 ans après sa diffusion aurait alors été déjà effectuée du temps de Mohamed ? C’est que le coran n’est pas révélé par Allah mais inventé par Mohamed, lequel, en se basant sur les prédications des nazaréens, imaginait ces pseudos révélations au fur et à mesure des besoins de ses campagnes et de sa vie personnelle. Cela était d’ailleurs connu du temps de Mohamed, le coran rapporte même que  : « Les mécréants disent : « Tout ceci n’est qu’un mensonge qu’il (Muhammad) a inventé, et où d’autres gens l’ont aidé ». Or, ils commettent là une injustice et un mensonge. Et ils disent : « Ce sont des contes d’anciens qu’il se fait écrire! On les lui dicte matin et soir ! » (25 :4)

Dans les évangiles, Jésus se proclame fils de dieu

Alors qu’il confirme l’évangile, largement connu et diffusé 500 ans avant Mohamed, comme étant une référence fiable, le coran reproche aux chrétiens de croire en Jésus fils de dieu, et  les savants de l’islam prétendent que les évangiles ont été falsifiés et que saint Paul est un menteur quand il proclame sa foi en la trinité : père, fils et saint esprit. Mais Saint Paul n’a rien inventé, les évangélistes avant lui ont proclamé la même foi, et c’est Jésus lui-même qui s’est proclamé « le fils de l’homme », « fils de dieu », et qui a fait également de nombreuses référence  à son « père », le dieu éternel et tout puissant.

Par l’expression « fils de l’homme », Jésus fait référence aux nombreuses mentions de cette expression dans l’ancien testament pour désigner le vainqueur du combat apocalyptique et la royauté universelle qui lui est remise, ainsi il s’identifie au messie. « sur les nuées des cieux arriva quelqu’un de semblable à un fils de l’homme; il s’avança vers l’ancien des jours, et on le fit approcher de lui. On lui donna la domination, la gloire et le règne; et tous les peuples, les nations, et les hommes de toutes langues le servirent. Sa domination est une domination éternelle qui ne passera point, et son règne ne sera jamais détruit. »  (daniel 7 :13). Jésus fait référence  également à son père, affirmant par là être fils de dieu : « Et maintenant toi, Père, glorifie-moi auprès de toi-même de la gloire que j’avais auprès de toi avant que le monde fût » (jean 17 :1-5). Jésus utilise aussi l’expression « Fils de Dieu » en se référant à lui-même : Dieu, en effet, n’a pas envoyé son Fils dans le monde pour qu’il juge le monde, mais pour que le monde soit sauvé par lui. (Jean 3 :18), « celui que le Père a sanctifié et envoyé dans le monde, vous lui dites: Tu blasphèmes! Et cela parce que j’ai dit: Je suis le Fils de Dieu ». (Jean 10 :36) Lors de la résurrection de Lazare : « Cette maladie n’est point la mort; mais elle est pour la gloire de Dieu, afin que le Fils de Dieu soit glorifié par elle ». (jean 11 :4), et il accepte l’expression quand elle est utilisée par d’autres, même quand c’était considéré comme un acte de blasphème (Jean 19 :7). Lorsque les chefs religieux juifs interrogent Jésus. « Ils dirent: si tu es le Christ, dis-le nous. Jésus leur répondit: « Si je vous le dis, vous ne le croirez pas; et, si je vous interroge, vous ne répondrez pas. Désormais le Fils de l’homme sera assis à la droite de la puissance de Dieu. Tous dirent: Tu es donc le Fils de Dieu? Et il leur répondit: Vous le dites, je le suis » (Luc 22 :66-71). Enfin lors de la passion en Jean  5 :18-47 et en réponse à Pilate : oui, tu l’as dit, je le suis  (Mathieu 26 :63, Marc 14 :61, Luc 22 :70). C’est d’ailleurs ce blasphème qui est  le motif de sa condamnation à mort par le sanhédrin. Jésus se proclame donc bien lui-même dieu et fils de dieu : Moi et le Père nous sommes un (Jean 10 :22-38 ) vous connaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et que je suis en vous (Jean 14 :20), Avant qu’Abraham fut, je suis (jean 8 :58). En disant « je suis » Jésus proclame sa nature eternelle, et il reprend la formule de l’exode Dieu dit à Moïse: Je suis celui qui suis. Et il ajouta: C’est ainsi que tu répondras aux enfants d’Israël: Celui qui s’appelle « je suis » m’a envoyé vers vous. (exode 3 :14)

Dieu lui-même le confirme lors du Baptême de Jésus Et le Saint Esprit descendit sur lui sous une forme corporelle, comme une colombe. Et une voix fit entendre du ciel ces paroles: Tu es mon Fils bien-aimé ; en toi j’ai mis toute mon affection  (Marc 1 :9-11) et (luc 3 :22) Lors de la Transfiguration : Et de la nuée sortit une voix, qui dit: Celui-ci est mon Fils élu: écoutez-le! (Matthieu 17 :5, Marc 9 :7, Luc 22 :42, Marc 9 :2-10). Dans le récit majeur de l’Annonciation, l’ange Gabriel annonce à Marie la promesse d’un fils qu’elle doit nommer « Jésus » (en hébreu, « Yahweh sauve ») et dit : « tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus. Il sera grand et sera appelé Fils du Très Haut » (luc 1 :32) C’est pourquoi le saint enfant qui naîtra de toi sera appelé Fils de Dieu (Luc 1 :35).

L’évangile de saint Marc encadre son témoignage de deux affirmations explicites « Commencement de l’Évangile de Jésus Christ, Fils de Dieu » (Marc 1 :1)… « Vrai­ment cet homme était le Fils de Dieu » (Marc 15 :39). Saint Jean fait dire à Saint Jean Baptiste à l’ouverture de son évangile : « J’atteste qu’il est lui, le Fils de Dieu » (Jean 1 :34). « Le Père aime le Fils, et il a remis toutes choses entre ses mains. Celui qui croit au Fils a la vie éternelle; celui qui ne croit pas au Fils ne verra point la vie » (jean 3 :35). Les apôtres après la tempête : Ceux qui étaient dans la barque vinrent se prosterner devant Jésus, et dirent: Tu es véritablement le Fils de Dieu (Mathieu 14 :33). Pierre lors de la confession de Césarée :  Simon Pierre répondit: Tu es le Christ, le Fils du Dieu vivant.  Jésus, reprenant la parole, lui dit: Tu es heureux, Simon, fils de Jonas; car ce ne sont pas la chair et le sang qui t’ont révélé cela, mais c’est mon Père qui est dans les cieux (Mathieu 16 :17). Plusieurs autres  reconnaissent explicitement Jésus comme Fils de Dieu : Nathanaël (Jean 1 :49) ; Marthe (Jean 11 :27) ; l’apôtre Jean (Jean 20 :31) et Paul (Actes 9 :20 ; Romains 1 :4).

Même les démons, reconnaissent Jésus comme « le Fils de Dieu » (Luc 4 :41, Marc 3 :11). Le diable aussi le proclame en (Mathieu 4 :3,  Luc 4 :3-9, Mathieu 8 :29).

La trinité est proclamée par Jésus en de multiples endroits où il parle du père et, après sa résurrection, de l’esprit : moi et le père, nous sommes un (jean 10 :30) ; qui me voit, voit le père (jean 14 :9, luc 10 :21, jean  14 :17); et très explicitement par Mathieu : baptisez-les au nom du père, du fils et du saint esprit (Mathieu 28 :19 ) et par saint Paul : Que la grâce du Seigneur Jésus-Christ, l’amour de Dieu et la communion de l’Esprit Saint soient avec vous tous (2ème corinthiens 13 :13).

Falsification du coran

En matière de falsification, les savants du coran sont passés maitres pour faire disparaitre les versions successives (Lire notre page collecte du coran)

Abdullah ben Sa’d ben Abi Sarh, un scribe de Mohamed, l’abandonna lorsqu’il réalisa que au lieu d’écrire « Et Dieu est puissant et sage« , il suggérait d’écrire connaissant et sage« , et que Mohamed le laissait faire ce changement à la parole divine ([1]).

Aicha rapporte que « la sourate 33 (les factions ) se lisait du temps du prophète avec deux cent versets. Mais quand Othman a écrit les feuillets, il n’a pu en rassembler que ce qu’elle en contient de nos jours (76 versets). »

Aicha rapporte encore (muslim) que le verset sur la succion des seins [[2]] ainsi que celui sur la lapidation étaient dans le coran à la mort de Mohamed, que ces versets supprimés étaient dans des feuilles sous le lit d’Aïcha, et qu’un mouton les a mangés.

Muslim (1050) rapporte que 2 sourates ont été perdues : « abu musa al ash’ari dit que : Nous recitions une sourate similaire en longueur et en gravité à la sourate barakat mais je l’ai oubliué à l’exception de ce que je me souviens d’elle : « s’il y avait 2 vallées pleines de richesses pour le fils d’Adam, il voudrait une 3ème vallée et rien ne remplirait le ventre du fils d’Adam, sauf la poussière » Et nous recitions aussi une sourate qui ressemblait à une des sourates de Mussabbihat, et je l’ai oublié ».

Les chiites reprochent à Othman d’avoir retiré les versets élogieux à l’égard d’Ali ([3]), que Mohamed aurait selon eux désigné pour lui succéder, mais Aicha, la femme de Mohamed aurait favorisé son père Abu Bakr, et même empoisonné Mohamed ([4]). Ils identifient Aicha parmi les mauvaises épouses des prophètes de la sourate 66. Enfin, ils dénoncent tout ce qu’on attribue comme mauvaises actions à Mohamed : Aicha était veuve et aurait eu 16 ans lors de son mariage, et pas 6, Mohamed n’aurait jamais fait exécuter personne, … tout cela pour affirmer que Mohamed, comme tous les prophètes, est un modèle parfait, tout le reste n’étant que falsification des textes ([5]).

Enfin, plus grave, Mojahed ben Jabr (collecteur des premières traditions), explique que l’origine de la révélation n’était pas toujours divine : « Omar exprimait souvent une opinion, qui ensuite descendait dans le Coran. » Ainsi Bukhari, et Suyuti dans Itqân,  rapportent cette tradition à propos d’Omar: «Je me suis trouvé d’accord avec mon Seigneur en trois circonstances : Je dis à l’envoyé de Dieu : « Et si nous choisissions la station d’Abraham (à La Mecque) comme lieu de prière ? » Alors le verset descendit : « Prenez la station d’Abraham comme lieu de prière ! »[Coran 2 :125]. Je dis (une autre fois) : « Envoyé de Dieu, les gens vertueux comme les libertins pénètrent chez tes femmes. Et si tu ordonnais à tes femmes de se dérober à leurs regards par un voile ? » Alors le verset du voile (hijâb) descendit [Coran 33 :59]. (Une dernière fois) lorsque les femmes de l’envoyé de Dieu se montrèrent jalouses les unes des autres à son sujet, je leur dis : « Il peut arriver que, s’il vous répudie, son Seigneur lui donne, pour vous remplacer, des épouses meilleures que vous ! » Et le verset descendit tel quel [Coran 66 :5]. »

D’ailleurs lorsqu’a été révélé le verset 33 :50, accordant à Mohamed, au delà des 4 femmes et des concubines esclaves, le droit d’accepter une femme qui se donne à lui, comme voulait le faire Omm Sharik, Aicha répondit impertinemment « Je vois que votre Seigneur est rapide à vous accorder vos souhaits« .

Voici un autre verset (33 :53) , qui ne peut que confirmer ce que pense aicha de la divinité de la révélation,  Allah y légifère concernant la bonne tenue des convives de Mohamed, ou alors c’est encore Mohamed qui se sert d’Allah comme d’une marionnette et lui fait dire, comme ci-dessus, ce qui l’arrange : « Ô vous qui croyez! N’entrez pas dans les demeures du Prophète, à moins qu’invitation ne vous soit faite à un repas, sans être là à attendre sa cuisson. Mais lorsqu’on vous appelle, alors, entrez. Puis, quand vous aurez mangé, dispersez-vous, sans chercher à vous rendre familiers pour causer. Cela faisait de la peine au Prophète, mais il se gênait de vous (congédier), alors qu’Allah ne se gêne pas de la vérité. Et si vous leur demandez (à ses femmes) quelque objet, demandez-le leur derrière un rideau : c’est plus pur pour vos cœurs et leurs cœurs; vous ne devez pas faire de la peine au Messager d’Allah, ni jamais vous marier avec ses épouses après lui; ce serait, auprès d’Allah, un énorme pêché ».

Il est vrai que Mohamed avait mieux à faire car, d’après Bukhari (5068) : « le prophète avait l’habitude de faire la tournée de toutes ses épouses en une nuit, et il avait 9 épouses ». Un autre hadith de Bukhari (268) raconté par Qatada, Anas bin Malik dit : « le prophète avait l’habitude de faire la tournée de toutes ses épouses en une fois durant le jour et la nuit, et elles étaient 11. J’ai demandé à Anas : le prophète en avait-il la force ? Anas répondit : on avait pour habitude de dire qu’il fut donné au prophète la force de 30 hommes, et Sa’id a dit sous l’autorité de Qatada qu’Anas lui a parlé de 9 épouses seulement ».

Concernant la falsification du coran par les ajouts anti chrétiens, après la rupture avec les nazaréens, voir notre page la clef de lecture

Falsification des livres des savants de l’islam

Les chiites accusent les sunnites de nombreuses falsifications de leurs livres ([6]) : A la faveur d’une réédition, il leur est aisé de modifier une citation, dans le but de cacher les vertus d’Ali, de cacher que Mohamed détestait les omeyades, de cacher les récits qui noircissent les omeyades (en remplaçant un nom par « un tel », …), de cacher qu’Allah en immunisant ses compagnons contre le doute, le mensonge, l’erreur, la haine et la tromperie les a rendus infaillibles, de supprimer tous les passages qui appuient les droits à sa succession des membres de la famille du prophète (d’Ali en particulier).

Suite : versets abrogeants et abrogés

[1] Voir http://www.asraralislam.ch/Les%20secrets%20de%20l’islam/ibn_abi_sarh.html

[2] Il s’agit de rendre possible la visite d’un homme chez une musulmane : il suffit de le transformer en enfant en lui faisant teter les seins de sa belle pour rendre tout cela licite ! « fais le téter » a dit Mohamed. Et cela a été préconisé récemment concernant des collègues de bureau !

[3] Voir les versets chiites en http://www.asraralislam.ch/coran%20chiite.html

[4] Voir qui a tué Mahomet

[5] Au passage, notons que cette notion de falsification serait un excellent moyen d’épurer le coran et les hadiths des versets haineux, intolérants et guerriers.

[6] Voir par exemple https://www.youtube.com/watch?v=Y4xHpvEco3w&feature=player_detailpage

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :