le jihad

Le jihad

Nous avons écrit dans le psautier [les psaumes], après le rappel : oui, ils hériteront de la terre, mes serviteurs, gens de bien. (21 :105) cette affirmation est lourde de conséquence, elle justifie le jihad pour soumettre la terre, au nom de dieu, et Omar transmet ces mots du prophète : J’ai reçu l’ordre de combattre les hommes jusqu’à ce qu’ils disent : « point de divinité excepté Allah » Celui qui dit : « point de divinité excepté Allah » préserve de mon atteinte ses biens et sa personne. (Muslim – I, 200)

Certes, Allah a acheté des croyants, leurs personnes et leurs biens en échange du Paradis. Ils combattent dans le sentier d’Allah : ils tuent, et ils se font tuer. C’est une promesse authentique qu’Il a prise sur Lui-même dans la Thora, l’évangile et le Coran (9 :111).

Le Jihad, grand ou interne, représente les luttes, les efforts que doit faire une âme face aux démons, c’est la reprise du thème biblique : la foi sans œuvres est morte (Jacques 2 : 14). Le Jihad, petit ou externe, sont les combats que le croyant doit faire vis-à-vis des mécréants, les koufars. Mais cette distinction récente n’est basée sur aucun verset du coran, ni aucun hadith, elle relève de la takkia.

Le jihad est un devoir religieux en raison de l’universalisme de la mission musulmane et de l’obligation de convertir le monde à l’islam par la persuasion ou par la force ([1]). Le serment d’allégeance de la «Muslim Student’s Association of America» proclame : “Allah est mon Seigneur. L’islam est ma vie. Le coran est mon guide. La sunna est ma pratique. Le jihad est mon esprit. La justice est mon principe et le paradis mon but. J’ordonne le juste, j’interdis le mal. Je combattrais contre l’oppression et je mourrais pour établir l’islam. »

Des pans entiers du coran sont rédigés pour entrainer les hommes au combat, et tous les moyens sont employés: terreur du jugement dernier et de l’enfer, offre de butin, faveur divine, … « Certes, vous avez eu un bel exemple en Abraham et en ceux qui étaient avec lui, quand ils dirent à leur peuple : Nous vous désavouons, vous et ce que vous adorez en dehors d’Allah. Nous vous renions. Entre vous et nous, l’inimitié et la haine sont à jamais déclarées jusqu’à ce que vous croyiez en Allah, seul» (60:4) Combattez ceux qui ne croient ni en Allah ni au jour dernier, qui n’interdisent pas ce qu’Allah et son messager ont interdit et qui ne professent pas la religion de la vérité, parmi ceux qui ont reçu le livre, jusqu’à ce qu’ils versent la capitation par leurs propres mains, après s’être humiliés. (9 :29 ) Je vais jeter l’effroi dans les cœurs des mécréants. Frappez donc au-dessus des cous et frappez-les sur tous les bouts des doigts. (8 :12 ) ([2]).

Lors de la quatrième conférence de l’Académie des recherches islamiques à l’université al Azhar au Caire en 1968, les théologiens musulmans sunnites concluent que : « Le djihad ne terminera jamais, il durera jusqu’au jour de la résurrection, quand ses buts seront atteints, par le rejet de l’agression et la reddition de l’ennemi (…) Le djihad a renforcé la religion et augmenté le nombre de fidèles d’Allah (…) Pour ceux qui sont loin, le jihad est un devoir par procuration. Les différents moyens de soutenir et consolider les combattants du jihad, tels l’apport financier, l’usage de la langue et de la plume, le recours aux tactiques politiques, font partie du combat. Le djihad a été légiféré pour devenir un moyen de propagation de l’islam. En conséquence, les non-musulmans doivent venir à l’islam soit de leur plein gré, soit par la force. La guerre est à la base des relations entre les musulmans et leurs adversaires, à moins qu’il y ait une raison valable pour faire la paix, par exemple l’adoption de l’islam par l’adversaire ou un traité de paix mutuel. Mais les musulmans sont libres de rompre leur pacte avec leurs ennemis s’ils suspectent ceux-ci de vouloir les trahir.

Dans son recueil de lois «  Reliance of the Traveller», l’école sunnite Shafi’ite affirme : Le calife lutte contre les juifs, les chrétiens et les zoroastres et la guerre se poursuit jusqu’à ce qu’ils deviennent musulmans ou versent l’impôt des non-musulmans. … Le calife combat les autres peuples jusqu’à ce qu’ils deviennent musulmans.

Le nouveau président iranien, Hassan Rohani, un modéré succédant à Mahmoud Ahmadinejab, qui voulait rayer Israël de la carte, déclare : «Dans notre région, une blessure a été créée depuis des années dans le corps du monde islamique sous l’ombre de l’occupation de la terre sacrée de Palestine et de notre cher Qods (Jérusalem) par Israël ». Problème, il n’y a pas de lettre P en arabe ! donc, il faudra trouver un autre nom pour la Palestine arabe éternelle lorsque Jérusalem sera judenfrei et siège du califat restauré ([3]).

D’aptrès les hadith de Sijistani, Mohamed a prédit que « Cette communauté se divisera en 73 sectes, 72 d’entre-elles iront en enfer et une seule ira au Paradis et ce sera la majorité. » (Sunan abu-Dawud, vol. 3, no. 4580.) et le savant Dr. Fadl (Sayyed Imam al-Sharif) explique à propos de cette seule secte sauvée (at-Ta’ifa al-Mansura) « Le devoir le plus important de…[la Secte Sauvée] de notre époque, c’est d’engager le jihad contre les régnants apostats qui ont modifié la loi d’Allah, et qui gouvernent les musulmans avec des lois hérétiques d’origine humaine…. les salafistes-jihadistes sont at-Ta’ifa al-Mansura : ils ont promis la victoire contre leurs ennemis et les ennemis de l’islam. », et en effet « il y a ceux qui ordonnent le bien et qui interdisent le mal » [al-Wala wal-Bara] et qui croient avoir le droit divin de juger le niveau d’observance des autres, mauvais musulmans (takfir) ou mécréants, qu’il convient de combattre.

Et quel plus bel objectif que de conquérir le monde pour y établir le royaume de dieu, sachant que tous les moyens employés plaisent à dieu et assurent une place dans son paradis ? comme le rappelle la devise des Frères musulmans : « Allah est notre but, le prophète notre chef, le coran notre constitution, le djihad notre voie, le martyre notre plus grande espérance. »

Cette idéologie guerrière décuple l’énergie des combattants, et les vaincus, terrorisés par les châtiments de la charia se tiennent soumis, tremblant comme des moutons. Les grands conquérants en ont été fascinés, les mongols l’ont adopté dès qu’ils ont compris son efficacité ; En Egypte, Napoléon lui-même s’est rêvé conquérant Constantinople et revenant en Europe enturbanné, au nom d’Allah.

Modérés et djihadistes

Pour faire un djihadiste, il faut 3 facteurs : d’abord évidement affirmer sa croyance à l’islam, mais cette simple affirmation masque souvent une ignorance plus ou moins grande de ce qui constitue l’islam. Il faut respecter les rites visibles : prières, ablutions, jeûne, voile, interdits du vin, du porc, obligation de la viande hallal, séparation des hommes et des femmes, … d’accord. Cela est facilement acquis par des croyants sincères, c’est de plus facilement controlable par la communauté, et c’est la porte d’entrée pour un recruteur qui peut alors tenir ce genre de discours : « tu crois que Allah veut que tu vives en paix avec les mécréants, cette idée vient des mécréants, pas d’Allah,  laisse-moi te montrer ce que l’islam enseigne réellement » C’est donc le 2ème facteur : la connaissance de ce que Allah commande, l’islam politique : une foi, un loi et un objectif : soumettre les non croyants sur toute la terre (3 :110, 3 :167-172, 4 :89, 9 :5, 9 :29, 9 :111, 8 : 65, 2 :191, 4:95) et y établir la loi d’Allah, la charria. Une fois ce 2ème facteur bien ancré, le recruteur porte son attention sur le 3ème facteur qui est l’obéissance absolue, et il continue : « tu crois que tu peux choisir comme tu veux à quel ordre d’Allah tu vas obéir, et quel commandement tu vas ignorer, comme si l’islam était à la carte ? Allah commande une soumission complète, et si tu n’obéis pas à tous ses commandements alors tu n’es pas un vrai musulman, et tu iras en enfer ». Or Allah a donné le djihad comme moyen d’établir sa loi, et les versets ne manquent pas pour montrer que les djihadistes sont les meilleurs musulmans :  « Ne sont pas égaux ceux des croyants qui restent chez eux – sauf ceux qui ont quelques infirmité – et ceux qui luttent corps et biens dans le sentier d’Allah. Allah donne à ceux qui luttent corps et biens un grade d’excellence sur ceux qui restent chez eux. Et à chacun Allah a promis la meilleure récompense; et Allah a mis les combattants au-dessus des non combattants en leur accordant une rétribution immense » (4 :95). Heureusement ce dernier niveau d’islamisation est rarement atteint, et on constate donc différents types de musulmans improprement dit « modérés » mais en fait incomplets, inachevés, car, par ignorance ou par répulsion, ils n’appliquent pas tous les commandements du coran, et c’est précisément pour cela qu’ils sont, non pas les premières victimes des terroristes islamistes, ce serait indécent de dire cela, mais, au même titre que les non musulmans, victimes des djihadistes qui revendiquent ordonner le convenable et interdire le blâmable (3 :110). (voir les vidéos https://youtu.be/F0K0MkuSN04 , https://youtu.be/U9ilOlaXPOU et http://www.dreuz.info/2014/09/au-sujet-des-musulmans-moderes-vous-avez-ete-roules-dans-la-farine/)

Les phases du djihad

Détruire la société d’accueil pour lui substituer l’Oumma, la communauté musulmane, régie par la charia, les lois et les règles issues du Coran et de la tradition mahométane, voilà le projet du djihad, au service d’une idéologie qui mêle spirituel et temporel, religiosité et politique. Il est fondamental de comprendre que le jihad ([6]) progresse en plusieurs phases, et cela explique les contradictions des versets du coran, et pourquoi les versets abrogés n’ont pas été supprimés du coran, car tout bonnement ils s’appliquent à l’une ou l’autre de ces phases.

Toutes les techniques subversives théorisées par les marxistes sont bonnes à utiliser, d’autant que les gauchistes, croyant avoir trouvé dans ces djihadistes des exécutants pour leur grand soir, s’imaginent les manipuler. En effet, le musulman est le prolétaire qui leur fait défaut, et la Palestine la nouvelle cause internationaliste qui remplace la révolution permanente communiste. Au seul prétexte de la même détestation de la société libre et laïque de culture judéo-chrétienne, ils on choisit l’alliance suicidaire avec la terreur islamique. Il n’y a pas convergence idéologique mais uniquement rapprochement tactique ponctuel, temporaire.

Un bon exemple de cette alliance islamo-gauchiste est le cas de cette argumentation réduisant certaines pratiques communautaristes à du simple machisme. On constate en entreprise le refus de travailler sous les ordres d’une femme, le refus de saluer les femmes, le refus de leur succéder à un poste de travail : Les machistes font ce genre de choses, donc ce n’est qu’un signe de machisme. Ce type de raisonnement consiste, dans chaque phrase, à mélanger deux cas qui n’ont rien à voir, ou si peu, et cette rhétorique confusante a pour but, par une sorte de diarrhée verbale,  de réaliser l’amalgame entre tout et son contraire, et finir par accuser les uns de justifier les forfaits des autres, de les avoir commis même, et donc de conclure que les vrais coupables sont innocents.

Aristote et Platon, en analysant les syllogismes, ont placés les bases de la logique,  et doivent se retourner dans leurs tombes devant ces sophismes ! Selon ces procédés fallacieux (voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Sophisme) on déduit tout un tas de choses incroyables. On constate le refus d’accomplir une tâche à l’heure de la prière ou pendant le ramadan : Si vous dites que l’islam pose des problèmes au travail, comme l’islam est une religion, vous devriez réaliser que toutes les religions posent donc des problèmes. On constate une recrudescence d’attentats dus au terrorisme islamiste : Ouvrez un livre de n’importe quelle religion, vous pourrez y trouver des incitations en ce sens et d’ailleurs il y a bien des fondamentalistes dans les religions qui instrumentalisent leur religion pour justifier des actes de discrimination. Et ainsi on arrive à amalgamer les terroristes islamiques et la manif pour tous (la manifestation pour demander le respect des droits de l’enfant était-elle illicite ? combien y a-t-il eu de blessés ? ). On constate aussi d’une part que Jésus est révéré dans le coran  et d’autre part que les islamistes sont monothéistes,  or le christianisme est monothéiste : Bon sang mais c’est bien sûr, Jésus était islamiste, djihadiste même.

Par des procédés analogues on assiste aussi à la manipulation de l’histoire par omission et mensonge pour  y faire apparaître les victimes comme attaquants et justifier les actes des attaquants réels. Manipulation de l’opinion par le classique cycle provocation/répression et par l’émotionnel (le poids des arguments biaisés de mauvaise foi n’a d’égal que le choc des photos retouchées ou prises ailleurs que prétendu et des reportages bidonnés, des mises en scène, c’est palywood à l’échelle planétaire). Tatjana Festerling explique la culpabilisation quotidienne pour maintenir les citoyens prisonniers de la souricière névrotique en construction : dans la société collectiviste névrotique, les gens n’ont pas le droit d’avoir une conscience propre, ils n’ont le droit d’avoir ni estime de soi, ni personnalité, ils doivent rester interchangeables car ces qualités impliqueraient l’émergence d’un dangereux esprit de raisonnement et c’est pourquoi cette société se construit tout naturellement des mécanismes de défense : le déni, la banalisation, la relativisation, la projection, la haine, la menace, le mensonge et les contes de fées (les chances pour la France, les migrants super diplômés, l’âge d’or andalous, la religion de paix, les dictateurs qui tirent sur leur propre peuple, …).

Au cas où cette contradiction émerge tout de même, on ne réfute pas les arguments de l’opposant, on le réduit au silence par diabolisation et judiciarisation ([7]). Mathieu Bock-côté explique qu’il y a des corridors de débat assez étroits avec des gardiens de la circulation idéologique qui distribuent des contraventions idéologiques et médiatiques à ceux qui s’écartent un peu trop du courant central de ce que doit être la pensée officielle, et alors les opposants ne peuvent plus argumenter mais doivent se justifier de leur déviance. Ces policiers de la pensée unique, c’est la meute de ceux qui, sur les plateaux télé, aux heures de grande écoute, ont le pouvoir de faire le scandale, en poussant goulument au « dérapage », pour coller alors l’étiquette infamante : islamophobe, xénophobe, extrême droite, raciste, nazi. Les différents juges nationaux et européens ayant enfin le rôle de museler le fautif.

La fameuse technique du détournement d’attention est utilisée ici aussi, pour montrer que les desouches sont pires, ainsi « BalanceTonPorc » sert à faire oublier que c’est à Sevran qu’un café est interdit aux femmes, pas à St-Germain et arrêter 10 guignols avec 3 pistolets, ça permet encore d’excuser wladimir, quitte à reconnaitre le lendemain que « ce ne sont pas les plus sérieux qu’on a arrêté ».

Toutes ces techniques aboutissent à la confusion des esprits, amenant finalement à l’inversion des valeurs : le beau est laid et le mal est bien. Dans un tel chaos psychique, tout est possible aux manipulateurs de tous poils. Des peuples sans âme, sans identité, sans traditions accepteront plus facilement un gouvernement mondial, ou un califat.

Mais, de la part des autorités, aucune réflexion sur les sources idéologiques de la radicalisation islamiste, comme si nous étions confrontés à une génération spontanée d’assassins sortis de nulle part, et donc évidemment aucun commencement d’ébauche de plan pour ne serait-ce qu’envisager de combattre cette idéologie autrement que par des dispositifs sécuritaires, notre réponse sécuritaire, économique, culturelle, philosophique et éducative est dérisoire :
-On continue à garder les frontières grandes ouvertes sans contrôles.
On continue à répartir des « réfugiés » sur l’ensemble du territoire, sans préparer leur retour.
On continue à subventionner les organisations qui vont directement les chercher sur place.
On continue à déstabiliser les régimes du Moyen-Orient.
On continue à attribuer la nationalité française sans conditions d’intégration.
-On continue à verser des allocations à tout le monde, français ou pas
-On continue à construire avec l’argent public des mosquées, des centres culturels islamiques, des musées des arts de l’Islam.
On continue à tolérer des imams ignorants la langue française, l’histoire et les sciences.
On continue à tolérer des prêches, en arabe, et des écrits et vidéos intolérants, contenant des appels au meurtre en raison de la religion, des apologies de crimes, des paroles antisémites.
On continue d’excuser l’inacceptable comme étant des traditions culturelles
On continue à tolérer le voile intégral pour tout.e.s,
On continue à tolérer la polygamie et à excuser les crimes dits d’honneur
On continue à admettre les viols collectifs lors des fêtes populaires
On continue à tolérer les manifestations ostentatoires de sa religion (prière publique, habillement, …)
-On continue de refuser obstinément de lire le coran
On continue à persécuter ceux qui utilisent leur liberté de pensée et d’expression et analysent l’islam et ses textes fondateurs.
-On continue à promouvoir les supposées splendeurs de l’islam dès la maternelle, la langue arabe, …
Heureusement, on va construire des trottoirs moins étroits et mieux éclairés ! cela, comme dit le coran à propos du voile, permettra aux femmes d’être plus vite reconnues et elles éviteront d’être offensées (33:59).

(voir Proposition de loi anti-radicalité islamiste)

Phase victimaire

Lorsque l’on est minoritaire le but est de susciter de l’empathie et de faire apparaitre des alliés : humanistes, droit de l’hommistes, chrétiens, gauchistes, … On prêche l’amour la tolérance et la paix, on se pose en persécuté par des racistes, on noue des alliances avec des non musulmans biens pensants  qui viennent soutenir les musulmans persécutés.

Phase de mise en place progressive de la charia par les alliés de l’islam

L’islam possède un système juridique, une loi, appelé la charia, et les croyants fidèles au coran doivent, où qu’ils se trouvent, tenter d’amener leur gouvernement à s’y conformer (3 :110). Face à l’élite dirigeante protégée, immigration et démographie permettent une danse du ventre électorale qui fait tourner la tête aux candidats et aux rééligibles et leur fait accepter successivement, par clientélisme, des accommodements déraisonnables. Face aux citoyens il s’agit de leur faire admettre que ces accommodements successifs destinés soi-disant aux seuls musulmans sont la suite logique et naturelle des précédents, alors que ce sont des reculs des droits de l’homme pour tous les citoyens. La stratégie est bien rodée : d’un côté, les terroristes islamistes travaillent à semer la terreur dans l’esprit des non-croyants, de l’autre les islamistes soi-disant modérés présentent leurs revendications. Le chantage est donc évident : si vous n’acceptez pas nos demandes par voie de négociation, vous subirez la vengeance islamique (la terreur islamique), et votre peuple vous le reprochera.
L’un des arguments les plus hypocrites étant celui-ci : « telle habitude risque de choquer les musulmans, notre pratique d’accueil et de respect de l’autre nous conduit donc à modifier cette vieille habitude sur ce point mineur ». C’est en fait un mode de vie et des valeurs qui sont abandonnés progressivement pour d’autres, en reconnaissant l’apartheid ainsi créé. Ces accommodements imposés sont :

– Interdits alimentaires (nourriture hallal, refus pour tous de l’alcool et du porc dans les collectivités, en particulier pendant le ramadan)
– Contraintes d’habillements féminin (foulard, voile, burqa, burkini) et masculin (barbe, kamis).
– Finance et banques islamiques, boutiques musulmanes
– Multiplication des  mosquées avec dômes, minarets, établissements scolaires musulmans et des écoles coraniques, tribunaux islamiques, cimetières islamiques
– Aménagement de la loi pour le financement publiques des lieux de culte
– Construction de centres culturels islamiques dans les grandes villes
Apprentissage de l’arabe dans les écoles
– Suppression des symboles chrétiens (crèches, calvaires, processions, croix, sonneries de cloches, …)
– Suppression des références au cochon (transformation des fêtes du cochon de triffouilli en fête de triffouilli)
– Alignement des congés sur le calendrier islamique (Ramadan, fêtes musulmanes)
– Organisation des prières dans les lieux publics, dans les entreprises
– Ségrégation par refus de la mixité (piscines, salles de sport, stades, hôpitaux et maternités…)
-Refus de saluer les femmes
-chantage à l’embauche des grands frères pour éviter les problèmes
– Organisation (par les services sociaux ou par la fuite des autochtones) de quartiers et de cités à majorité musulmane
– Infiltration des structures d’influence (police, armée, services publics, médias, postes d’élus, bienfaisance, …)
– Limitation de la liberté d’expression par la revendication d’un délit de blasphème. Ainsi la moindre critique contre l’Islam, le coran ou le prophète sont suivis de dépôts de plaintes, tohu-bohu médiatique, manifestations de mieux en mieux coordonnées. L’utilisation du mot « islamophobie », permet l’amalgame de la critique de l’islam avec le racisme et l’extrême droite et la stigmatisation des opposants qui finissent par s’autocensurer.

Phase du Djihad dit « défensif ».
Si la seule manière d’aller au paradis est de mourir en combattant pour l’islam, la guerre est nécessaire. Et si c’est votre devoir sacré d’amener tous les gouvernements à mettre en œuvre la charia, il faut prendre ces gouvernements. Mais vous ne voulez pas avoir l’air d’être l’agresseur. Les apparences comptent. Il s’agit donc de trouver des motifs de mécontentement de manière à pouvoir déclencher une guerre sainte, afin de pouvoir combattre et mourir pour la cause d’Allah et contribuer à faire que le monde soit soumis à la loi d’Allah. Le principe du prétexte signifie que vous essayez de provoquer une réaction hostile puis présentez cela comme une agression contre l’islam, agression contre laquelle il faut « se défendre », sous-entendu par la violence, en appliquant un autre principe, celui du deux poids deux mesures, alors que la même chose est niée aux non musulmans en terre d’islam, car la justice et l’égalité avec des infidèles sont tout à fait déplacées. (voir https://www.delitdimages.org/terrifiant-genie-lislam/ et https://www.dreuz.info/2017/10/22/la-mauvaise-foi-absolue-des-musulmans-decrite-par-kamel-daoud/)
Pendant que ces accommodements se mettent en place, et lorsqu’on approche de l’« égalité », c’est la phase du djihad « défensif »,  violent, contre ce que l’on considère,  abusivement, comme des attaques : critiques de l’islam, refus d’accommodements, … on y répond par la violence : insultes, intimidations, provocations, agressions, incendies, guérilla contre les représentants de l’ordre (police, pompiers, conducteurs de bus, ambulanciers, maires, … ) évidemment comme on agresse, il faut prétendre qu’on a été agressé, menacé, insulté, voire frappé.

Phase du djihad offensif

Lorsque l’on est prêt à prendre le pouvoir, la déstabilisation et le chantage s’accentuent, la police de la charia  entre en action contre les critiques et les mauvais musulmans ne respectant pas tel ou tel préceptes (femme non voilée, portant des jupes ou entrant dans les cafés,  commerçants non hallal, consommation de vin ou de viande non hallal, non-respect du jeûne, pratique de la musique et de la danse, non séparation des hommes et des femmes, …)  Le but est de faire reconnaître des zones où la communauté des croyants appliquera officiellement sa loi, la charia, par des tribunaux islamiques.

Enlèvements, attentats aveugles, tueries mises en scène, agressions armées, mutilations, harcèlement sexuel, viols, assassinats ciblés contre les forces de l’ordre terrorisent et sidèrent les opposants.

A la fin, on élimine les alliés et on soumet  et on humilie les non musulmans.

Voir la fiche n°6 d’Etienne Péléant publiée le 21 septembre 2012 dans CLAIR et NET. http://islamclairetnet.com/ et  la vidéo http://youtu.be/ntWMb4VpARw

 

Les ignorants et les naïfs

On trouve sur le web cette analyse dont la lucidité s’imposera bientôt aux pratiquants de la politique de l’autruche : «Il y a beaucoup plus grave que l’islamisme terroriste, c’est l’islamisation par le bas, comme l’humidité qui ronge les murs. La violence islamiste provoque paradoxalement un effet « anti islamique », celui de créer un éveil de conscience contre le danger de l’islamisation et la vraie nature de l’islam […] ». Et ceux « qui veulent conquérir en douceur l’Europe (par immigration et démographie) condamnent toutes les violences « islamistes » stupides et toutes les provocations d’un islam fondamentaliste et radical. Ils l’estiment maladroit et prématuré, contreproductif. Calcul stratégique et ruse. Très souvent, les dénonciations des égorgements d’occidentaux sont des larmes de crocodile. Seuls les ignorants croient qu’il existe une différence de nature entre islamisme et islam. C’est simplement une question de degré, de phase, de stratégie du lieu et du moment dans le combat de conquête, le djihad, ce dernier pouvant prendre toutes les formes. L’islam est un bloc. intolérant à tout autre qu’à lui-même, qu’il soit sunnite ou chiite. L’islam modéré ou laïc, ou « corrigé » par aggiornamento, est une impossibilité et correspond à un fantasme de mouton occidental naïf qui se laisse prendre au piège, comme le chaperon rouge, par le gentil loup déguisé. » (Guillaume Faye)

 

Les martyres

Le palestinien Mohammed Ibrahim Madi exhorte ses fidèles en ces termes : « J’ai été ravi quand un enfant m’a dit : « Oh cheik ! j’ai 14 ans, dans 4 ans je vais me faire exploser parmi les ennemis d’Allah, je vais me faire exploser parmi les juifs. »  Je lui ai dit : « Oh, jeune enfant,  qu’Allah t’accorde de mériter Shahada ».

Nous les ferons exploser à Hadara, nous les ferons exploser à Tel-Aviv et Netanya, pour qu’Allah fasse de nous les maîtres de cette racaille. Rien ne les arrêtera, sauf la couleur du sang versé par leur peuple répugnant, rien ne les arrêtera, à moins que nous ne nous fassions exploser en le désirant et en le voulant parmi eux. Nous entrerons à Jérusalem en conquérants, et à Jaffa en conquérants, et à Haïfa en conquérants, et à Ashkelon en conquérants.

Que soit béni celui qui éduque ses fils pour jihad et shahada ! Que soit béni celui qui se livre au jihad pour Allah, que soit béni celui qui fait des raids pour Allah, béni soit celui qui ceint son corps ou celui de ses fils d’une ceinture d’explosifs et est allé  parmi les juifs en criant « Allah akbar » Loué soit Allah, il n’est d’autre dieu qu’Allah et Mohamed est son messager ».

et Ahmad Abdul Razek affirme que : « Le croyant a été créé pour connaître son seigneur, pour réaliser l’islam, pour brandir le drapeau : « il n’y a de dieu qu’Allah » , pour être un shahid ou avoir l’intention d’être un shahid . Si le croyant n’aspire pas au shahada, il mourra comme dans la jahiliya. Nous devons aspirer au shahada et le demander à Allah. Si nous le demandons vraiment à Allah, il nous accordera ses récompenses, même si nous mourons dans notre lit. Allah a semé dans notre jeunesse l’amour du jihad et l’amour du shahada. Notre jeunesse s’est transformée en bombes qui se font exploser parmi eux [les juifs] jour et nuit« .

Et donc, on est habitué que dans les pays musulmans, les « martyrs » soient glorifiés, leurs familles récompensés, financièrement, leurs noms donnés à des rues, des collèges, …. et le politiquement correct a depuis longtemps accepté chez nous cette complaisance, jusqu’à présent limitée aux seuls « martyrs » antisémites. Mais lorsque cette limite saute chez nous, et sans réaction des autorités, c’est le signe qu’une transition majeure s’est opérée. Ainsi en octobre 2017, Sonia Nour, collaboratrice de Gilles Poux, maire communiste de La Courneuve, a pu tweeter : « Quand un martyr égorge une femme et poignarde une autre là ça fait du bruit. Terrorisme, du sang, civilisation, bla bla bla … Par contre que le terrorisme patriarcal nous tue  tous les 2 jours, on l’entend moins votre grande gueule. » visiblement elle n’a pas remarqué que son « martyr » se revendique d’une idéologie passablement patriarcale ! et Zoé Desbureaux, suppléante du député François Ruffin (« France Insoumise ») a jugé bon de répondre : « soutien total à Sonia Nour qui subit les pressions de la fachospère et de la gauche cassoulet ».

La raison et la force

L’attachement à la lettre d’un texte sacré, réputé valable pour tous les temps et tous les lieux, puisqu’il est écrit par dieu, a des conséquences catastrophiques : il amène les fidèles à respecter aujourd’hui des règles d’un autre temps et d’imiter sans retenue le comportement de modèles historiques. Paul a dit : la lettre tue, mais l’esprit vivifie (2 Corinthiens 3:6).

Il n’y a dans l’évangile aucun appel à combattre par les armes, au contraire, et dans la bible il y a bien des récits de combats passés contre les ennemis d’Israël, mais ce sont des récits descriptifs et non prescriptifs, ce ne sont pas des commandements se prétendant universels, valables en tous temps et en tous lieux, ils ont plus à voir avec un mythe glorificateur qu’avec l’histoire, et il n’y a dans l’évangile aucun appel à soumettre le monde. La violence des croisades, qui sont une réponse politique à l’expansionnisme islamique, est en contradiction avec les principes de l’évangile (Voir la carte animée de l’expansionnisme islamiste https://youtu.be/qs0TsnfZxOY). Ces guerres de conquête, de reconquête et de défense, en d’autres temps anciens, ne sont pas décrits comme des modèles à imiter. Rien dans l’évangile ne les justifie, par contre tout le coran appelle à soumettre le monde en imitant Mohamed. La pratique de l’esclavage est totalement contraire à l’amour du prochain ce que vous faites au plus petit d’entre vous, c’est à moi que vous le faites (Mathieu 25 :40). Rien dans l’évangile ne le justifie, alors que le coran le légalise depuis 14 siècles. Le pape Paul III l’a condamné en 1537 suite à la controverse de Valladolid à propos des indiens d’Amérique. Le roi Louis X en 1315 avait déjà proclamé que « le sol de France affranchit l’esclave qui le touche ».

En 2006 le pape Benoit XVI dans une conférence mal comprise à l’époque, mais combien prémonitoire, affirmait qu’il est contraire à la raison de répandre la foi par la contrainte. Celle-ci est en contradiction avec la nature de dieu et la nature de l’âme, et il citait l’empereur byzantin Manuel II Paléologue s’adressant à un contradicteur persan en 1391 : « Montre-moi donc ce que Mohamed a apporté de neuf, et alors tu ne trouveras sans doute rien que de mauvais et d’inhumain, par exemple le fait qu’il a prescrit que la foi qu’il prêchait, il fallait la répandre par le glaive. »

Les appels au meurtre sont en effet clairs dans le coran : Tuez les associateurs où que vous les trouviez. Capturez-les, assiégez-les et guettez-les dans toute embuscade. (9 :5)

Ils aimeraient vous voir mécréants, comme ils ont mécru : alors vous seriez tous égaux! Ne prenez donc pas d’alliés parmi eux, jusqu’à ce qu’ils émigrent dans le sentier d’Allah. Mais s’ils tournent le dos, saisissez-les alors, et tuez-les où que vous les trouviez; et ne prenez parmi eux ni allié ni secoureur. (4 :89)

Et, pour être plus clair encore, il suffit de citer des versets qui sont des incitations à tuer ou emmener en esclavage des civils (hommes, femmes et enfants) à cause de leur religion : Combattez les incroyants parmi vous et faites en sorte qu’ils subissent votre cruauté. (9: 123) Je terroriserai les infidèles, brutalisez leurs corps et réduisez-les à l’impuissance parce qu’ils s’opposent à Allah et à son messager. (8: 12)

Ce que Mohamed confirme : Un prophète ne devrait pas faire de prisonniers avant d’avoir prévalu [mis les mécréants hors de combat] sur la terre. Vous voulez les biens d’ici-bas, tandis qu’Allah veut l’au-delà. Allah est puissant et sage. (8 : 67) Le prophète Mohamed a dit: » J’ai reçu l’ordre de combattre les gens jusqu’à ce qu’ils témoignent qu’il n’y a de dieu qu’Allah et que je suis son messager et qu’ils instituent la prosternation et l’impôt religieux. S’ils le font, leur sang et leurs propriétés seront protégés. (Muslim Chapitre 9)

Et effectivement dans les narrations des combats menés par les troupes de Mohamed, on trouve : Ibn ‘Omar (que Dieu agrée le père et le fils) a dit : Les juifs des Banû An-Nadîr et des Banû Qurayza ayant attaqué le prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui), celui-ci expulsa les Banû An-Nadîr, mais maintint les Banû Qurayza par mesure de faveur jusqu’au jour où, ceux-ci l’ayant de nouveau attaqué, il mit alors à mort leurs hommes et partagea leurs enfants, leurs femmes et leurs biens entre les musulmans. Toutefois quelques gens des Banû Qurayza se rallièrent au prophète (paix et bénédiction de Dieu sur lui) qui leur accorda la sécurité et ils se convertirent à l’islam. Le prophète expulsa de Médine tous les juifs : ceux de la tribu des Banû Qaynuqâ`, ceux de la tribu des Banû Hâritha et tous les juifs de Médine. (Muslim 3312)

Malek Chebel, un musulman modéré, auteur d’une traduction du coran, déclarait à la télévision le 23 mars 2012 que Mohamed Merah n’était pas un bon musulman puisqu’il avait bu de la bière la veille de sa virée mortelle et qu’il avait tué des musulmans (deux des 3 soldats assassinés étaient musulmans). Et donc, visiblement, le fait qu’il ait tué à bout portant des enfants ne compte pas, ca serait même « normal », puisque c’étaient des enfants juifs.

(Les juifs, nous les avons maudits) à cause de leur rupture de l’engagement, leur mécréance aux révélations d’Allah, leur meurtre injustifié des prophètes ([5]), et leur parole : “Nos cœurs sont (enveloppés) et imperméables” …. Et à cause de leur mécréance et de l’énorme calomnie qu’ils prononcent contre Marie. Et à cause de leur parole : “Nous avons vraiment tué le Christ, Jésus, fils de Marie, le messager d’Allah”. Or, ils ne l’ont ni tué ni crucifié; mais ce n’était qu’un faux semblant ! (4 :155-157

Lire cette étude sur l’islam militant : http://www.mosci.info/pdf/L%27occident%20face%20%E0%20l%27islamisme%20militant%20(EssaiRyan27092006.pdf

Suite : le dialogue islamo chrétien

[6] Voir http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2015/01/comment-le-djihad-sinstalle-progressivement-dans-un-pays.html

[1] http://www.asraralislam.com/Les%20secrets%20de%20l’islam/ils_sont_des_leurs.html

[2] Ce n’est pas très clair, mais la Sirah d’ibn icha éclaire la chose : « M’entendez vous oh gens de qoreich, par celui qui tiens mon âme en sa main, je suis venu avec l’égorgement ». Et cette histoire absurde de doigts est surement aussi une mauvaise traduction, s’agit-il de couper les mains ou de supplicier les prisonniers ?

[3] C’est en 135 que l’empereur Hadrien a renommé la Judée en Palestine, Voir http://www.dreuz.info/2013/09/israel-hier-aujourdhui-demain
http://www.dreuz.info/2017/07/05/quand-mediapart-reconnaissait-que-la-cause-palestinienne-est-une-invention-historique/

http://www.europe-israel.org/2013/08/le-jour-ou-les-arabes-sont-devenus-palestiniens/

[4] Voir http://lesalonbeige.blogs.com/my_weblog/2015/01/comment-le-djihad-sinstalle-progressivement-dans-un-pays.html

[5] Mais quels sont ces meurtres dont le coran les accuse faussement, puisque à la fin du verset il dit qu’ils n’ont pas tué Jésus ! Le coran fait là une citation erronée, les juifs ne prétendent évidemment pas avoir tué le messie, mais quelqu’un se prétendant tel. Alors que chacun est sensé porter ses propres péchés, le coran ferait retomber leur faute sur leurs descendants ? C’est incohérent. Ce verset ne critique pas la religion juive, mais attaque les juifs dans leur ensemble, c’est du racisme à l’égard d’un groupe humain. Le protocole des sages de Sion, vaste plan supposé de conquête du monde, est reconnu aujourd’hui comme étant un faux. C’est un pamphlet regroupant un flot de calomnies antisémites, propagé par le régime tsariste, il fut utilisé par Hitler, et l’est encore largement dans le monde musulman, où on le diffuse dans certaines mosquées. Mein kampf est également réédité dans ces circuits, et c’est même un best seller dans ces pays (voir http://observers.france24.com/fr/content/20080214-mein-kampf-tete-gondole-librairies Et aussi http://www.agoravox.fr/actualites/international/article/mein-kampf-et-neonazisme-en-6686 et encore http://www.islamisation.fr/archive/2011/12/05/le-virgin-megastore-du-qatar-met-a-l-honneur-mein-kempf.html)

Et encore https://lahuppe.files.wordpress.com/2009/09/liens_nazisme-islam.pdf et enfin

http://www.dreuz.info/2015/04/la-laicite-couvre-la-lachete-face-a-la-conquete-islamique

[7] Voir le discours d’Emmanuelle Menard à l’assemblée : https://youtu.be/rZ4oUxGy3c8

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :