la prédestination

La prédestination ou le libre arbitre

Dieu a la préscience des actes de ses créatures, et ce problème philosophique délicat et subtil a toujours suscité nombre de réflexions([1]).

Pour la plupart des chrétiens, l’homme est libre de décider d’obéir ou non à dieu, et quand il s’éloigne de son créateur par la désobéissance, il peut y revenir par la repentance sincère. Dieu est bien la cause première de tout, et l’homme intervient en tant que cause seconde.

Dans le coran (et la vision de l’ancien testament est très voisine), Allah est la toute puissance et l’homme lui est soumis, il n’est pas libre, Allah guide ou égare qui il veut ([2]).

Tu ne te trouveras dans aucune situation, tu ne réciteras aucun passage du Coran, vous n’accomplirez aucun acte sans que nous soyons témoin au moment où vous l’entreprendrez. Il n’échappe à ton seigneur ni le poids d’un atome sur terre ou dans le ciel, ni un poids plus petit ou plus grand qui ne soit déjà inscrit dans un livre évident (10 :61).

Et si Allah fait qu’un mal te touche, nul ne peut l’écarter en dehors de lui. Et s’il te veut un bien, nul ne peut repousser sa grâce. Il en gratifie qui il veut parmi ses serviteurs. Et c’est lui le pardonneur, le miséricordieux (10 : 107).

Et au cou de chaque homme, Nous avons attaché son œuvre. Et au Jour de la Résurrection, Nous lui sortirons un écrit qu’il trouvera déroulé (17 :13).

Il n’appartient nullement à une âme de croire si ce n’est avec la permission d’Allah. Et il voue au châtiment ceux qui ne raisonnent pas (10 : 100).

Il a donc suscité l’hypocrisie dans leurs cœurs, et cela jusqu’au jour où ils Le rencontreront, pour avoir violé ce qu’ils avaient promis à Allah et pour avoir menti (9.77).

Entre la prédestination et le libre arbitre, dieu semble ne plus trop savoir qui tire les ficelles : oubliant que c’est lui qui scelle les yeux et les cœurs, il en fait reproche à ses créatures, il égare qui il veut et dirige qui il veut mais demande des comptes à tous et, finissant par réaliser qu’il peut se passer d’eux, il va jusqu’à les haïr.

Quiconque Allah égare, pas de guide pour lui. Et Il les laisse dans leur transgression confus et hésitants (7 :186).

Le bon pasteur recherche sa brebis égarée jusqu’à ce qu’il l’ait ramenée, Allah maudit  sans espoir de rédemption. Allah n’est pas le bon pasteur.

Cela leur est égal que tu les avertisses et que tu ne les avertisses pas : ils ne croiront jamais. (36 :10)

Certes les infidèles ne croient pas, cela leur est égal, que tu les avertisses ou non : ils ne croiront jamais. (2 : 6)

Car  Allah a scellé leurs cœurs et leurs oreilles ; et un voile épais leur couvre la vue ; et pour eux il y aura un grand châtiment. (2 : 7)

Il y a dans leurs cœurs une maladie (de doute et d’hypocrisie), et Allah laisse croître leur maladie. Ils auront un châtiment douloureux, pour avoir menti. (2 : 10)

C’est Allah qui se moque d’eux et les endurcira dans leur révolte et prolongera sans fin leur égarement. (2 :15)

L’argument décisif appartient à Allah. S’il avait voulu certainement il vous aurait tous guidés (sur le droit chemin). (6 : 149)

S’il y avait un Coran à mettre les montagnes en marche, à fendre la terre ou à faire parler les morts (ce serait celui-ci). C’est plutôt à Allah le commandement tout entier. Les croyants ne savent-ils pas que, si Allah voulait, Il aurait dirigé tous les hommes vers le droit chemin. (13 : 31)

Si Allah avait voulu, il aurait certes fait de vous une seule communauté. Mais il laisse s’égarer qui il veut et guide qui il veut. Et vous serez certes, interrogés sur ce que vous faisiez. (16 : 93)

Et quiconque lutte, ne lutte que pour lui-même, car Allah peut se passer de tout l’univers. (29 :6 )

Quiconque est ennemi d’Allah, de ses anges, de ses messagers, de Gabriel et de Michaël… [Allah sera son ennemi] car Allah est l’ennemi des infidèles. (2 :98) .

Dans son Kitâb Al-Fawa’id, l’imâm Ibn Al-Qayyim Al-Jawziya (1292- 1350) rapporte que : Les sages sont unanimes pour affirmer que si le serviteur accomplit une bonne action, c’est avant tout grâce à l’assistance qu’Allah lui a portée. Et que si un péché est commis, c’est qu’Allah a abandonné Son serviteur. […] Si tout bien est donc issu de l’assistance d’Allah, assistance qu’Il est le Seul à posséder, et dont le serviteur ne détient aucune part, la clé permettant d’obtenir cette aide consiste alors à invoquer Allah, reconnaître son indigence , chercher sincèrement refuge auprès de Lui en espérant Sa récompense et en craignant Son châtiment . Si Allah donne cette clé au serviteur, c’est qu’Il veut lui ouvrir Sa porte. Mais s’il l’empêche de l’atteindre, Sa porte restera alors fermée.

Suite : la rédemption


[1] Voir la page mormone

http://www.idumea.org/etudes/Croyances/libre_arbitre_ou_predestination.htm  contenant de nombreuses citations intéressantes

[2] L’expression vient de l’épitre aux romains : il dit à Moïse: Je ferai miséricorde à qui je fais miséricorde, et j’aurai compassion de qui j’ai compassion. Ainsi donc, cela ne dépend ni de celui qui veut, ni de celui qui court, mais de Dieu qui fait miséricorde. Ainsi, il fait miséricorde à qui il veut, et il endurcit qui il veut (romains 9 :18)

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :