Mohamed et le saint esprit

Mohamed et le saint esprit

L’archange Gabriel porte à Mohamed les révélations du coran venant d’Allah, et donc il semble être l’esprit de dieu qui inspira les prophètes, Marie, les apôtres, …, mais le coran affirme, en faisant une fausse citation, que, comme Moïse annonçait Jésus, Jésus annonce l’envoi non pas du saint esprit pour les apôtres, mais d’un messager, bizarrement nommé Ahmad (et non Mohamed) : Et quand Moïse dit à son peuple : « Ô mon peuple! Pourquoi me maltraitez-vous alors que vous savez que je suis vraiment le messager d’Allah [envoyé] à vous? » Puis quand ils dévièrent, Allah fit dévier leurs cœurs, car Allah ne guide pas les gens pervers. Et quand Jésus fils de Marie dit : « Ô Enfants d’Israël, je suis vraiment le messager d’Allah [envoyé] à vous, confirmateur de ce qui, dans la Thora, est antérieur à moi, et annonciateur d’un Messager à venir après moi, dont le nom sera « Ahmad« . Puis quand celui-ci vint à eux avec des preuves évidentes, ils dirent : « C’est là une magie manifeste ». (61 :6) ([1]).  Mais si on se réfère comme véridique à ce verset (14 :16-20) de l’évangile de Jean, il faut lire le verset complet, et les versets suivants, faisant référence à dieu le père : « Je prierai le père qui vous donnera un autre consolateur pour demeurer éternellement avec vous (les disciples), l’esprit de vérité .. et il sera en vous … et vous connaîtrez que je suis en mon Père, que vous êtes en moi, et que je suis en vous ». Puisque, d’après le coran lui-même, ce verset est véridique il faut donc que Jésus soit dieu. Et toujours d’après l’évangile, cet esprit saint est envoyé pour être éternellement avec les disciples, et pour être en eux. Cet esprit saint, qui serait Mohamed, a donc les attributs divins (éternité, ubiquité, …), autrement dit, l’esprit saint, qui serait Mohamed, est dieu ! Si le coran n’est pas corrompu et qu’il est vrai que Jésus annonce Mohamed, alors dieu le père, Jésus le fils et Mohamed l’esprit saint sont une seule personne, et c’est la trinité ! Or cette conclusion est dénoncée de nombreuses fois par le coran comme le pire des péchés, l’association, l’hypothèse était donc fausse, contrairement à ce qu’affirme le coran, Jésus n’annonce pas Ahmad comme consolateur mais, il annonce, comme il le dit, le saint esprit, ce verset 61 :6 du coran est faux, et le coran n’est donc pas la parole de dieu, mais de qui alors est-il la parole ?

En fait Jésus annonce bien Mahomet, mais dans ces versets-ci  : Gardez-vous des faux prophètes. Ils viennent à vous en vêtements de brebis, mais au dedans ce sont des loups ravisseurs. Vous les reconnaîtrez à leurs fruits. (Mathieu 7 :15-20) et encore « l’heure vient où ceux qui vous tueront croiront rendre un culte à dieu » (jean 16:2). et Jean (1 :2 :22) dit même que « Celui-là est l’antichrist, qui nie le Père et le Fils ».

Ce verset par lequel Jésus annoncerait Ahmad (Mohamed) n’était pas dans le coran du temps de Jean de Damas (mort en 749). Celui-ci connaissait parfaitement le coran, comme travaillant à la cour du calife, le verset est vraisemblablement la réponse à sa question : Quelle écriture annonce la venue de Mohamed ? Si le verset avait existé, il aurait certes mené son argumentation différemment :  ([2]) de même l’invention de l’épisode du voyage nocturne vient répondre à l’autre objection.

« Qui témoigne que dieu lui a donné une écriture, ou qui, parmi les prophètes, a annoncé qu’un tel prophète devait venir? Nous les mettons dans l’embarras quand nous leur disons : Moïse avait reçu la loi sur le Sinaï, à la vue de tout le peuple, quand dieu apparut dans la nuée, le feu, les ténèbres et la tempête ; et tous les prophètes, depuis Moïse, ont tour à tour annoncé que le Christ viendra, que le Christ est dieu et que le fils de dieu arrivera en prenant chair, sera crucifié, qu’il mourra et ressuscitera, et que c’est lui qui jugera les vivants et les morts. Et quand nous disons: Pourquoi votre prophète n’est-il pas venu de la même façon, avec d’autres pour lui porter témoignage, et pourquoi dieu, qui a donné la loi à Moïse aux yeux de tout le peuple, sur une montagne fumante, ne lui a-t-il pas transmis de même l’écriture dont vous parlez, en votre présence, pour asseoir votre certitude? Ils répondent que dieu fait ce qu’il veut. … Nous leur demandons à nouveau : Puisque lui-même vous a ordonné, dans votre écriture, de ne rien faire ou de ne rien recevoir sans témoins, pourquoi ne lui avez-vous pas demandé : toi le premier, prouve à l’aide de témoins que tu es prophète et que tu es envoyé de dieu; et quelle écriture témoigne en ta faveur. Honteux, ils gardent le silence. Avec raison nous leur disons : puisqu’il ne vous est pas permis d’épouser une femme, ni d’acheter ni d’acquérir sans témoins, et que vous n’admettez pas de posséder ne fût-ce que des ânes ou du bétail, sans un témoin, vous ne prenez donc femmes, biens, ânes et le reste que devant témoins; seules donc la foi et l’écriture vous les acceptez sans un témoin! Car celui qui vous a transmis cette écriture ne possède de garantie d’aucun côté, et on ne connaît personne qui ait témoigné en sa faveur par avance. Bien plus, il l’a reçue pendant son sommeil! »

Le coran contient de multiples références à des sources chrétiennes ou nazaréennes qui n’ont pas été suffisamment épurées par les rédacteurs, et qui sont en contradiction avec le reste du texte :

Il n’y aura personne, parmi les gens du Livre, qui n’aura pas foi en lui [Jésus] avant sa mort. Et au Jour de la Résurrection, il sera témoin contre eux. (4 :159) Abu Hurairah a rapporté que : Le messager d’Allah a dit : par celui qui détient mon âme entre ses mains, le fils de Marie descendra bientôt parmi vous et il jugera l’humanité avec justice. Il brisera la croix et tuera le porc et il n’y aura plus de jizyah. (Sahih al Bukhari 4 :55 et Muslim 2 :58) Mais qui peut donc juger les vivants et les morts, si ce n’est Dieu ?

Le coran semble souhaiter l’existence d’un fils de Dieu : Dis : « Si le Tout Miséricordieux avait un enfant, alors je serais le premier à l’adorer » (43 :81). Mais n’est-ce pas un blasphème, d’associer un fils à Dieu ?

Le coran affirme que jésus est le messie (3 :45, 4 :171,5 :72) mais aussi qu’il est la parole de Dieu (3 :45, 4 :171, 19 :34), par laquelle tout a été créé (6 :73, 16 :40), Mais alors, Jésus, créateur, est donc incréé, et Dieu lui-même. Et que Mohamed a-t-il a dire de plus que cette « parole de Dieu » qu’est Jésus ?

Le coran affirme que Jésus a été fortifié du Saint-Esprit, et qu’il agit « par la permission de Dieu» (2 :87, 5 : 110 et 3 :49) ([3]). L’existence de l’esprit est attesté en 70 :4, 78 :38 et 97 :4. N’est-ce pas là une reconnaissance de la trinité ?

Suite : l’ascension de Mohamed

[1] La 2ème partie du verset, concernant Jésus, fait pendant à la 1ère concernant Moïse et a visiblement été modifiée : « quand celui-ci vint » se réfère à Jésus, pas à Mohamed qui lui n’a jamais été accusé de magie : la partie concernant l’annonce d’Ahmad a été tout simplement ajoutée, de même que le verset 7. Ainsi dans toute la sourate il n’est question que de Moïse et de Jésus. D’ailleurs cette page manque dans les 4 manuscrits les plus anciens du coran du 8ème siècle. L’évangile de Jean annonce l’esprit saint, qu’il nomme aussi en grec Parakletos, consolateur (évangile Jean 14 :16, 14 :26, 15 :26 et 16 :7). Les commentateurs musulmans expliquent que le grec periclytos signifie glorieux, célèbre d’où loué et Ahmat (alors que le texte contient bien parakletos, consolateur, défenseur). Le doute n’est pas possible, contrairement à l’arabe, en grec les voyelles sont toujours précisées. D’après d’autres ce serait aussi le sens de Munhamana en syriaque. Mais alors pourquoi avoir transformé le texte et ajouté Ahmat dans la citation, le mot original paraklet suffisait, ou la traduction Munhamana ? Parceque  ce ne sont pas les bonnes racines, car pas les bonnes consonnes ! Mais pourquoi, si Jésus n’a été envoyé qu’aux juifs (43 :59) , comment sa mission pourrait-elle avoir été d’annoncer la venue d’un prophète arabe (61 :6), chargé de donner une révélation en arabe pour les arabes (41 :3-44) ?

Le même procédé malhonnête est utilisé pour voir le nom de Mohamed dans l’adjectif « machmad », « agréable », dans l’ancien testament (dans le cantique des cantiques 5 :16 « Son palais n’est que douceur, Et toute sa personne est pleine de charme. Tel est mon bien-aimé, tel est mon ami, Filles de Jérusalem! »), où la femme de Salomon loue le corps parfait de son mari Salomon, lequel chante à son tour son désir charnel pour sa femme. Ce serait Mahomet dont il serait question ici ? éprouvant un tel désir pour une femme morte depuis plus de 1000 ans ?

[2] Le verset du deutéronome, qui est parfois utilisé dans ce sens, L’Éternel, ton Dieu, te suscitera du milieu de toi, d’entre tes frères, un prophète comme moi: vous l’écouterez! (deut 1 :15) est encore moins probant, d‘autant que les Actes des apôtres 3:10 le revendiquent déjà pour Jésus.

[3] Et quand Allah dira : « Ô Jésus, fils de Marie, rappelle-toi Mon bienfait sur toi et sur ta mère quand Je te fortifiais du Saint-Esprit. Au berceau tu parlais aux gens, tout comme en ton âge mûr. Je t’enseignais le Livre, la Sagesse, la Thora et l’évangile! Tu fabriquais de l’argile comme une forme d’oiseau par Ma permission; puis tu soufflais dedans. Alors par Ma permission, elle devenait oiseau. Et tu guérissais par Ma permission, l’aveugle-né et le lépreux. Et par Ma permission, tu faisais revivre les morts. Je te protégeais contre les Enfants d’Israël pendant que tu leur apportais les preuves. Mais ceux d’entre eux qui ne croyaient pas dirent : « Ceci n’est que de la magie évidente » (5 : 110) (3 :49)

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :