l’arabe

La langue du coran

La version originale des manuscrits du coran constitué par le calife Othman, appelée le rasm(l’orthographe canonique) ne contient que trois voyelles longues : a, i, u, et ne fait pas la différence entre certaines consonnes, aujourd’hui différenciées par des points diacritiques. Cette écriture, nommée scriptio defectiva, est indéchiffrable, et ne peut servir que d’aide mémoire à ceux qui connaissent déjà le texte. Les points diacritiques ont commencé à apparaître en arabe au tournant du VIIIe siècle sur l’ordre de Al-Hajjaj ben Yousef, gouverneur de l’Irak (694-714) pour le calife Abd al Malik

Connaissant la bible et les évangiles, l’auteur judéo-nazaréen des feuillets du coran utilise beaucoup de mots hébreux ou araméens que les traductions officielles actuelles n’ont pas reconnus, refusant toute lexicologie juive ou araméenne, et causant des ruptures de sens continuelles et même de nombreux passages incompréhensibles.

Le coran est dit plus volumineux que la thora et les quatre évangiles réunis, puisqu’il les contient. Cette affirmation ne convainc que ceux qui n’ont lu ni les uns ni les autres. Le coran se dit inimitable, dans un arabe parfait ; c’est logique, puisque c’est lui qui définit la langue arabe.

Suite : la thora et l’injil

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :